« Festival photo de La Gacilly : courez-y même sous la pluie… »

Cet été, et si vous alliez faire un tour du côté de La Gacilly ? Ce magnifique village, situé au cœur du Morbihan, accueille depuis quatorze ans le plus grand festival photo en plein air de France. Et il est entièrement gratuit. Cette année, il consacre un hommage à la photographie subsaharienne, intitulé « I love Africa ».

Je viens de m’y rendre avec un ami photographe, et malgré une petite pluie persistance qui ne nous a pas lâchés, nous n’avons pas vu le temps passer. Très judicieusement intégrées à la topographie des lieux, les trente-cinq expositions sont, cette année encore, le plus souvent remarquables. Et la scénographie créée par le plein air participe au plaisir de la découverte avec évidemment souvent des reproductions XXL des photographies. Ici pas de bousculade, de confinement, toujours une luminosité maximale (et pour cause !). Contre toute attente, apprêtez-vous à admirer les œuvres dans les meilleures conditions.

« I love Africa » donc, le thème de 2017, donne à voir le continent Africain dans toute saGacilly 2_bd complexité et sa richesse. Tour à tour dynamique, conquérant et enjoué mais aussi parfois destructeur envers ses populations les plus pauvres et son environnement, pourtant si riche. Tout au long de la visite, on est captivé, interpellé, enthousiasmé, émerveillé, amusé, ému par une succession de clichés souvent remarquables qui éclaire si bien sur le passé et le présent de l’Afrique et de ses habitants. Mais vous l’aurez compris, les photographes invités figurent toujours parmi les plus talentueux.

À noter aussi que La Gacilly, à travers la fondation Yves Rocher, possède un lieu d’exposition permanent et couvert celui-là, mettant en avant le travail de photographes témoins de notre époque, de son évolution et de ses dérives parfois. Yves Rocher ? Il était natif du village et sa société reste un grand mécène du festival. D’ailleurs, la marque possède un magasin près de la rivière et, en toute objectivité, même cet espace de vente s’intègre harmonieusement dans son environnement. Comme quoi, préoccupations culturelles, environnementales et mercantiles peuvent trouver un terrain d’entente. Au service de la bonne cause 😉
Photographies : Thierry Peters

Jusqu’au 30 septembre 2017
> http://www.festivalphoto-lagacilly.com

Gacilly 1_bd
Gacilly 3_bd