Par nature, la pub ne peut avoir un train de retard.

Pour la Deutsche Bahn (la SNCF allemande), l’agence Ogilvy Germany a signé une campagne de publicité plutôt réussie, originale, aux visuels efficaces et percutants. Le principe ? Les concepteurs de ce judicieux projet ont mis en évidence des analogies troublantes entre des lieux situés dans des pays lointains desservis par l’avion et des destinations allemandes accessibles en train. En soulignant les écarts de prix pour y accéder. Le constat s’avère bien sûr sans appel : le chemin de fer gagne haut la main la bataille des tarifs. Sans parler de ses performances en matière environnementale passée sous silence dans cette communication. Madame Pub, après nous avoir très longtemps incités à jouer les globe-trotters du dimanche, nous invite donc désormais à rester au bercail. Notre merveilleuse machine à rêves découvrirait-elle sur le tard le charme discret de la décroissance ?

Scritto_article_train_redacteur_web_angers_nantes

Campagne Ogilvy Germany : un train d’avance ?

Formidable publicité ! Pendant des années, une horde sauvage d’agences internationales a tout mis en œuvre afin que nous apprenions à voyager loin et cher pour ne pas mourir idiot. Et puis maintenant que le commun des mortels

Redaction_pages_web_angers_nantes_article_train_

Ma girouette bien-aimée (1)

a assimilé le message, sautant comme un cabri de continent en continent, notre girouette bien aimée, vouant un culte immodéré à l’air du temps, nous convie au rétropédalage. « Mais vous n’avez rien compris mes chéris ! La vraie beauté se savoure à deux arrêts ferroviaires de chez vous… » Et nous autres, pauvres consommateurs toujours sensiblement déstabilisés par les volte-face de cette intelligence supérieure, nous applaudissons quand même des deux mains. Regrettant un peu toutefois que notre voyante extra-lucide préférée n’ait pas effectué ce constat plus tôt. Entre nous, cela aurait bien arrangé nos affaires. Et surtout celles du climat. Qu’elle a sacrément contribué à malmener, la vilaine. Avec son goût immodéré pour la promotion des puissants 4×4 et autres offres immanquables sur les week-ends de rêve à New York. Durant lesquels soit dit en passant, on n’a que le temps de découvrir les effets du jet lag. Privilège jadis réservé aux riches and famous. Vous me direz : toucher du doigt les problèmes quotidiens de Jennifer Lopez ou Brad Pitt, c’est au moins ça de gagné. Et d’ailleurs, que voulez-vous, le monde actuel est ainsi fait ! Ne tournant plus très rond et pétri de contradictions. À l’image de la pub. Il est d’ailleurs toujours prêt à lui pardonner l’impardonnable. Pour peu que le message plaise au plus grand nombre. Et dans ce domaine, elle s’y entend, la réclame. La plus rusée des magiciennes quand il s’agit de se refaire une virginité. Lavant toujours plus blanc que blanc. Dénichant aussi sans cesse l’endroit secret où se cache la dernière audience

Scritto_communication_ecrite_nantes_angers_article_train_web

« The place to be »

porteuse. Oreille attentive prompte à croire ce qui lui est susurré parfois insidieusement. Et puis, c’est la loi implacable du marché : il faut VENDRE. À tout prix. Des jets privés ou des allers-retours pour Trifouillis-les-Oies. Même si, dans le cas de notre campagne à la gloire des chemins de fer allemands, c’est au prix d’une pilule peut-être amère à avaler. Pour tout publicitaire qui se respecte s’entend. Car en creux, on peut en effet lire dans cet hymne au transport ferroviaire, une apologie de la décroissance. Certainement l’ennemie jurée du côté de l’AACC, l’Association des Agences-Conseil en Communication.

Redaction_tourisme_web_angers_nantes_

Avec le train, le bonheur se jette opportunément à vos pieds.

« Oui, l’avion nous transporte à un train d’enfer !  »

Lire la suite

« TOUS MES MEILLEURS VŒUX POUR 2020 ! »

Scritto_communication_ecrite_redaction_angers_nantes_Vous avez fêté la nouvelle année, une décennie commence, un tome de nos existences se referme et un autre s’ouvre… Qu’on le veuille ou non, nous passons à un nouveau chapitre ! Oublions l’angoisse de la page blanche et imaginons que ce chapitre comporte pour vous tous les ingrédients d’une belle histoire, d’un « story telling » à couper le souffle. Avec un décor qui vous apporte la sérénité nécessaire au bien-être et à l’accomplissement, un scénario et des opportunités qui vous mènent à la prospérité, des dialogues et des échanges fructueux dans votre vie professionnelle et personnelle, un « happy end » qui donne envie d’entamer le chapitre suivant en redoublant d’énergie et de motivation… Pure fiction ? Réussir c’est aussi croire en ses rêves et ensemble nous pouvons leur donner vie !

  • Photographie : Kelly Sikkema -Unsplash –

Le rédacteur, sa bicyclette verte et le développement durable.

Scritto_redaction_web_angers_nantes_velo_

Qu’il est doux de voir la vie en vert ! (1)

À l’image de tous les métiers, la vie des professionnels de la communication écrite n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Si rédactrices et rédacteurs nagent parfois à contre-courant, chacun possède ses petits et ses grands secrets pour résister à la pression du marché. Personnellement, j’enfourche ma bicyclette dès que j’ai la sensation de pédaler dans la semoule. Chemins de traverse et autres pistes cyclables constituent alors ma meilleure thérapie contre l’adversité d’une occupation beaucoup plus contraignante qu’elle n’en a l’air. Au chapitre de ses intérêts notables : elle nous amène notamment à adopter un mode de vie conforme à de nombreuses exigences du développement durable. Et nous bénéficions d’une matière première non polluante, féconde et quasiment illimitée : les mots.

Profession rédacteur …

Quand je suis devenu rédacteur indépendant, il y a une vingtaine d’années, cette profession était assez peu répandue. Surtout en province. Il faut dire qu’à l’époque, les statuts juridiques en place s’adaptaient très difficilement aux réalités d’un métier si particulier par certains aspects. Et puis, un gouvernement (je ne sais plus

Scritto_redaction_seo_referencement_naturel_angers_nantes_

Rédiger, on peut exercer ce métier au coin d’une table. (2)

lequel) a décrété l’avènement de l’auto-entrepreneuriat. À partir de cette époque, la vie et le train-train quotidien des pionniers ont été bousculés par l’arrivée d’auto-entrepreneurs libérés des contraintes administratives de leurs aînés (dont moi), prêts à montrer à la Terre entière l’étendue de leurs qualités rédactionnelles. Recherchés pour notre rareté dans le passé, la banalité a fait disparaître notre aura première. Et désormais la concurrence pullule. Vu que les rédactrices et les rédacteurs se multiplient comme des petits pains. Il faut dire que les investissements de base nécessaires à l’exercice de cette activité demeurent minimes. Un ordinateur, une connexion Internet, le coin d’une table de cuisine pouvant faire office de bureau… Crayons et stylos ne figurent plus qu’au titre des options dont on peut très bien se passer. La rédaction : nouvel eldorado ? D’après les témoignages récoltés au fil du temps, les petits nouveaux ont bien vite constaté que le quotidien d’un professionnel de la communication écrite ne le conduisait pas forcément à fouler chaque jour des allées enchanteresses, parsemées de pétales de rose. Et que pour résister aux aléas d’une offre pléthorique, il fallait sacrément s’accrocher aux branches de nos lunettes. Puisque la proximité que nous entretenons avec l’écran à longueur d’année nous amène, mes collègues et moi-même, très souvent à en porter.

Scritto_redaction_web_story_telling_angers_nantes_seo_

La bicyclette verte, un prochain best-seller ? (3)

À ce stade de la lecture de mon article-billet d’humeur, vous vous dites certainement : « De quoi se plaint-il ? Personne de l’a obligé à choisir cette activité ». Et vous aurez entièrement raison. Il n’empêche, j’avais envie de tordre le cou aux idées reçues qui courent au sujet de ce travail (c’en est un à part entière) pour bien faire comprendre aux éventuels candidats qu’il ne convient pas à tout le monde. Et que comme toute profession, il offre des avantages mais qu’il comporte également de sacrés inconvénients.

Il y a d’abord l’angoisse de la page blanche qui lie nos destins ordinaires à ceux des écrivains les plus prestigieux et finalement c’est plutôt valorisant. « Sous quel angle aborder ce sujet ? », « Vais-je trouver les bons arguments », « Le client sera-t-il comblé ? ». Le client… Cet être protéiforme fait l’objet de tous nos désirs, de toutes nos pensées les plus secrètes, de toutes nos attentions, de toutes nos inquiétudes aussi. Du moins durant le temps imparti à notre gagne-pain tout au long de la sainte journée. Sa satisfaction représentant le précieux Graal à atteindre impérativement sous peine de risquer la sortie de route.

J’entends déjà les plus sceptiques d’entre vous – insensibles à la lecture de mon plaidoyer pro domo – m’asséner des arguments massue censés donner le coup de grâce à ma complainte : « Vous n’avez pas de patron et vous travaillez chez vous… Vous êtes complètement libres ! » Face à ce genre d’assertions, j’explique que la dévotion que nous vouons à nos clients confine au sacerdoce et qu’elle ne laisse que très peu de place à la liberté. En revanche, je dois avouer que ce métier offre à qui l’exerce des trésors bien plus précieux que l’or ou les diamants : les mots. Dans leur infinie richesse et dans leur réjouissante subtilité, ils permettent parfois d’élaborer de fabuleux cocktails à base de lettres qui font passer toutes les pilules. Même les plus amères.

Scritto_redacteur_seo_angers_nantes_referencement_naturel_

Pédaler pour s’inspirer, pédaler pour respirer. (4)

Vous l’aurez compris : malgré les petits et les grands coups de canif qui ponctuent la relation que j’entretiens avec la rédaction, web ou pas, je reste un amoureux inconditionnel de ce que je considère d’abord et avant tout comme un merveilleux exercice de style. Et pour nourrir mon inspiration, ma vivacité rédactionnelle, ma fougue éditoriale, je possède une arme secrète. Parallèlement à la première, je vis une autre passion aussi dévorante et obsessionnelle : celle qui m’enchaîne à ma bicyclette.

Pédaler pour mieux rédiger !

Figurez-vous que lorsque j’ai sué sang et eau pour rédiger un texte qui m’a résisté au-delà du supportable ou qu’un argumentaire s’est montré particulièrement rebelle, j’enfourche ma petite reine afin de regonfler mes batteries. Même si mon engin n’est pas électrique. Et au bout d’une heure environ de pédalage intense (activité très peu intellectuelle vous en conviendrez), mon disque dur interne se voit réinitialisé comme par magie. Moi et mes doigts tout ensemble, prêts à vivre de nouvelles joutes lexicales après avoir actionné la béquille en fin de trajet. On ne le dira jamais assez : la pratique du vélo est une bénédiction. Au-delà du bien-être incontestable provoqué par les endorphines, quand je pédale, j’ai très vite la sensation de fourmiller d’idées et de nourrir ma créativité. Les paysages champêtres ou urbains que je traverse m’inspirant de nouveaux axes de travail, des trouvailles bienvenues que je mets au service des dossiers de mes clients, des sujets que je dois traiter. Le général de Gaulle cherchait l’inspiration en marchant, en toute humilité, je la trouve en pédalant.

Scritto_redacteur_communication_ecrite_angers_nantes_

(5)

Si ma compagne à deux roues me libère de mes angoisses rédactionnelles, elle constitue également mon véhicule favori aux heures de bureau. Grâce à elle, j’effectue des économies substantielles sur le poste « déplacement » de ma petite entreprise qui ne connaît pas la crise (ou si peu). Carburant en libre accès, stationnement illimité et gratuit pratiquement partout, préservation de la couche d’ozone… Quel autre moyen de transport peut revendiquer un tel palmarès ? Libéré des contraintes liées à l’automobile et aux embouteillages, ma ponctualité est soulignée par tout mon carnet d’adresses. Jamais de grains de sable dans les rouages de mon vélo : j’aborde les rendez-vous professionnels frais et dispo. Dans les meilleures conditions pour remplir ma tâche et faire preuve de tous mes talents rédactionnels.

redaction_web_seo_angers_nantes_referencement_naturel_

Le roi de la ponctualité grâce à la petite reine. (6)

Va-t-on me décerner la médaille du développement durable ?

Au-delà des atouts écologiques de ma petite reine, en règle générale, je considère d’ailleurs que ma profession, exercée en free-lance, répond à bien des critères du développement durable. On peut la pratiquer dans un espace réduit et son impact sur l’environnement reste minime. Bon d’accord ! Les esprits chagrins me rétorqueront que l’envoi d’un mail mobilise plus d’énergie que l’on croit. À ce propos, je dois le confesser ici : un courriel de 1 Mo envoyé à un seul destinataire requiert l’équivalent de la consommation électrique d’une ampoule pendant une heure… Mais il n’en demeure pas moins que travailler à domicile évite les déplacements, limite le recours aux énergies fossiles et favorise la fluidité de la circulation. En toute logique, les villes devraient nous dire merci à nous les écrivains qui n’écrivons pas vraiment de livres ! De plus, forcément un peu mis à l’écart par choix ou par nécessité, rédactrices et rédacteurs développent une philosophie de vie généralement empreinte de sagesse et de distanciation. Du pain béni pour la paix sociale. Pas étonnant que certains jours, je vois assez distinctement une auréole verte apparaître derrière ma tête et se refléter dans l’écran de mon ordinateur.

Scritto_contenus_editoriaux_angers_nantes_

Rédiger, c’est se mettre au vert ! (7)

Crédit photos :

  • 1 – Mahardhika derana perkasa pour Unsplash,
  • 2 – Chris Spiegl pour Unsplash,
  • 3 – Patricia Tser pour Unsplash,
  • 4 – HONG FENG pour Unsplash,
  • 5 – Soroush Karimi pour Unsplash,
  • 6 – Andrew Gook pour Unsplash,
  • 7 – Shelby Miller pour Unsplash.

Le coach rédactionnel : le meilleur ami de l’entreprise.

Quand on exerce la profession de rédacteur free-lance depuis plus de vingt

Coaching_redactionnel_scritto_angers_nantes_

Le coach rédactionnel : avec lui vos écrits professionnels deviennent des best-sellers

ans, il arrive un moment où le désir de transmettre son savoir et son savoir-faire s’impose comme une évidence. Au fil du temps, je suis donc également devenu coach rédactionnel. Mon domaine d’intervention concernant ces deux activités ? Les documents institutionnels, publicitaires, commerciaux, le journalisme d’entreprise et les textes destinés au web. Concrètement, vous pouvez me solliciter pour de la rédaction, du coaching et pourquoi pas, dans certaines circonstances, pour les deux à la fois !

Coach rédactionnel : un intervenant stratégique de la communication entrepreneuriale.

Un rédacteur, a priori, tout le monde comprend en quoi consiste son activité. Avec opiniâtreté et dévotion, il fait en sorte de rédiger des textes dans un style élégant et efficace qui éclaire généralement le sujet traité sous son meilleur jour. Avouons-le : dans la plupart des cas, on peut parler d’écriture laudative. Rien à voir avec l’expression journalistique caractérisée par plus d’objectivité.

scritto_coaching_redactionnel_angers_nantes_communication_ecrite_

Un crayon, un calepin, un ordinateur et une bonne dose de curiosité ! (1)

Conseiller, rédiger, former.

Mais un coach rédactionnel, quelle est sa mission ? En m’appuyant sur mes scritto_signature_de_marque_redaction_angers_nantes_compétences et sur mon expérience, j’accompagne les professionnels dans l’élaboration de leur communication. Et je façonne avec eux leur discours de marque à travers des mots choisis. Ensemble, dans un souci du dialogue et en concertation, nous développons un univers rédactionnel valorisant que mes clients pérennisent ensuite en toute autonomie. Dans le même temps, je leur enseigne les bons usages de la rédaction.

Mon profil ? Diplômé de l’École Supérieure de Publicité de Paris (ESP), j’ai également suivi un troisième cycle de communication et je suis désormais un spécialiste reconnu de l’écrit. Rédacteur bien sûr, je me définis pourtant aussi comme un homme de terrain. Pour preuve, en amont de mes missions je mène toujours un travail d’écoute, d’investigation. Et je pars à la rencontre des acteurs qui font vivre les structures – petites et grandes – qui font appel à moi.

L’interlocuteur des entrepreneurs et des responsables de la com’

Depuis que j’exerce ce métier, j’ai côtoyé les entités les plus variées et j’ai abordéRedacteur web, scritto, communication ecrite, angers, nantes les sujets les plus divers. J’ai notamment collaboré avec Air Caraïbes pour qui j’ai rédigé des campagnes de messages publicitaires radiophoniques. Un fabricant de fer à cheval « haut de gamme » qui exporte sa production dans le monde entier m’a sollicité pour ses contenus web. J’ai aussi conçu, entre autres, des documents qui vantaient les attraits de la ville de Santander en Espagne ou des protocoles de massages destinés au Relais Thalasso

naming_recherche_de_nom_coaching_angers_nantes_Au titre de mes références, je peux notamment citer Yves Rocher, Relais Thalasso, Camif Collectivités, Région Pays de la Loire, Région Poitou-Charentes, Office du tourisme de Nantes et de l’île de Ré, agence Graphibus, Salaün Holidays. Et bien d’autres encore.

Depuis toujours, ma vie professionnelle se déroule sous le signe de la rigueur, de la curiosité et de l’enthousiasme… La diversité de mes collaborations en témoigne. N’hésitez pas à me contacter : les nouvelles rencontres enrichissent mon expérience et préfigurent de nouveaux challenges à relever !

L’écrit impacte toute la communication des marques et des institutions. Pour preuve :

  • les 2 entités les mieux référencées de la première page d’une requête Google contiennent jusqu’à 2000 mots en moyenne et offrent toujours un champ lexical qualitatif (étude Backlinko),
  • 4,4 % : le taux de réponse moyen à des campagnes d’acquisition par courrier postal à forte valeur ajoutée rédactionnelle alors qu’il dépasse rarement les 0,12 % pour l’e-mailing généralement pauvre en texte (études TNS Sofres et CSA, réalisées pour Le Club Courrier).

Scritto ! Enzo Clémot, rédacteur-coach rédactionnel : 80 rue Larévellière 49100 Angers. Tél : 02 41 09 97 18 – 06 63 47 68 04 www.scritto.fr

scritto_conception_redaction_angers_nantes_
(1) : Photographie par Nick Morrison pour Unsplash

Pour Amnesty International hélas ! tout ce qui brille n’est pas d’or.

Le parti pris de la campagne : un affichage sauvage plus en phase avec le propos.

À l’occasion de la Fashion Week, Amnesty International a dévoilé une campagne dénonçant les ventes illégales d’armes effectuées par la France à destination de certaines contrées peu regardantes concernant les droits de l’homme. L’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis en particulier. Rappelons d’emblée que l’Hexagone, 3exportateur d’armes au monde, a ratifié le Traité international sur le commerce des armes (TCA) prohibant les transferts de matériel militaire vers des pays qui présentent un risque de violations graves du droit international humanitaire. Ce à quoi on pourrait rétorquer sans beaucoup se tromper que dans le cas des conflits armés, les belligérants s’assoient généralement allégrement sur ce genre de considérations. Et ce traité ressemble donc hélas ! à s’y méprendre à un vœu pieux. Sans impact véritable, se contentant de donner un coup d’épée dans l’eau. En irait-il de même pour cette campagne ? Lire la suite

Woody Allen affiche une pluie bienvenue.

Scritto_communication_ecrite_article_woody_allen_

Toute la pluie tombe sur eux…

Soyons positifs : la rentrée n’offre pas que des inconvénients. Le nombre de sorties de films va crescendo et dans ce flot cinématographique, il est bien rare de ne pas trouver chaussure à son pied. Dans mon cas, entre autres, bientôt le prochain long métrage de Xavier Dolan et hier la projection du dernier Woody Allen.
Tout guilleret (et sous un franc soleil), je me suis donc rendu aux 400 coups, cinéma d’art et d’essai de premier plan (!) qui fait le bonheur des Angevins, à la découverte d’Un jour de pluie à New York… Le film, porté par la jeunesse et la fougue de ses deux acteurs principaux, offre un bain de jouvence à l’inspiration du réalisateur de Manhattan.

Lire la suite

Houellebecq et Niort : la possibilité d’une idylle.

Michel Houellebecq

Michel Houellebecq (1)

Au début de l’année 2019 paraissait un nouveau livre de Michel Houellebecq intitulé
« Sérotonine ». Au hasard des pages, on pouvait y lire quelques phrases au sujet de la ville de Niort qui allaient créer une belle polémique, à la mesure de la très grande notoriété d’un des auteurs favoris des Françaises et des Français. Je cite pour mémoire : « C’est dans un état

Scritto_place_brèche_redacteur_web_angers_niort_

La fameuse place de la Brèche entre verdure et modernité. (2)

d’exaspération avancée que j’arrivais à Niort, une des villes les plus laides qu’il m’ait été donné de voir…  » S’ensuivent quelques remarques peu amènes concernant aussi le Mercure-Marais Poitevin, un hôtel de la cité.
Par des voies détournées, ces propos ont fini par atteindre mes oreilles et ils ne pouvaient que m’interpeller. En effet, j’ai vécu plusieurs années dans la préfecture des Deux-Sèvres et il s’avère que mon premier appartement offrait une vue plongeante sur… l’hôtel Mercure que l’on ne gratifiait pas encore de sa localisation géographique. On réservait alors une chambre au Mercure et on s’arrêtait là.

Lire la suite

L’oratorio et le profane.

COLLÉGIALE SAINT-MARTIN Angers. Représentation de SAN GIOVANNI BATTISTA, l’oratorio d’Alessandro Stradella sur un livret de l’Abbé Ansaldi.
Autant l’avouer d’emblée, je ne suis pas un grand spécialiste de la musique classique même si mon oreille se laisse volontiers séduire par certaines œuvres et par certains compositeurs. Et si j’ai également parfois l’opportunité de prendre part à quelques concerts dans le cadre de la Folle Journée de Nantes entre autres. Mais pour la première fois, je viens d’assister à un oratorio.
Une petite remarque pour commencer : profiter d’une représentation (peu importe sa nature) dans un lieu aussi rare que la Collégiale Saint-Martin constitue déjà un bonheur en soi. Et ensuite autant annoncer la couleur, ce San Giovanni Battista a suscité toute ma curiosité, tout mon enthousiasme. J’ai été littéralement bluffé. Même si la lecture préalable du livret très intelligemment fourni par les organisateurs aurait contribué à donner encore plus de pertinence à ma perception de l’ensemble. La prochaine fois, je ferai preuve de vigilance !

Lire la suite

The North Face à l’assaut de Wikipedia (et de Google) !

Quand la marque de vêtements et accessoires de sport The North Face et son agence Leo Burnett Tailor Made « s’invitent » dans les pages Wikipedia afin de hisser au plus haut la visibilité de ses produits sur Google, le procédé peut paraître discutable. Le procédé ? Les photographies de monuments emblématiques du monde entier ont été remplacées par d’autres intégrant des voyageurs au long cours arborant parkas, sacs à dos et autres tentes fabriqués par l’enseigne. Mon conseil : si ces petits malins consentaient à offrir ne serait-ce que le quart de la somme que leur aurait coûté la campagne SEO nécessaire pour obtenir une telle visibilité par les voies « légales » à Wikipedia, on applaudirait des deux mains ! Grâce à cet excès de générosité, The North Face accomplirait une opération en cohérence avec les valeurs chères aux amoureux du voyage et de l’aventure (son cœur de cible). Et la société conforterait son image de marque on line et offline en bénéficiant de retombées presse très certainement nombreuses et élogieuses. Il n’y a plus qu’à…

Le récit de l’opération menée par The North Face pour gravir les échelons du référencement en « squattant » les pages Wikipedia  ICI

La réponse offusquée de la Fondation Wikimedia ICI

Rue d’Antioche : des ardoises pour toi et moi.

Douce mélancolie de Charles Trenet…

Si on souhaite s’évader, on peut choisir de partir à l’autre bout du monde ou simplement lever la tête vers le ciel quand on marche dans la rue. C’est ce qui m’est arrivé un jour de chance où j’allais acheter de délicieuses dattes Deglet nour dans une épicerie proposant des produits d’Afrique et du Maghreb en particulier. Pour rejoindre cette boutique — elle-même une véritable promesse d’évasion — j’ai dû emprunter une drôle de rue qui réserve de drôles de surprises. La rue d’Antioche. Un nom qui évoque le voyage et qui se prête à la rêverie. Les plus érudits savent certainement qu’Antioche fut jadis une ville très prospère et très animée. Située en Turquie près d’Antakya, cette cité historique dans laquelle cohabitaient harmonieusement les ethnies les plus diverses marquait également le départ de la route de la soie. Mais revenons à nos moutons et plus précisément à la rue qui nous intéresse… Lire la suite