Fantastique ! L’écrit s’invite à l’Opéra…

« Ah bon, la rédaction, c’est un métier ?… »

Article à propos de la campagne réalisée pour l’Opéra national de Paris, signée par l’agence Dream On et photographiée par des artistes de talent tels que Bill Viola (octobre 2018).

Tristan et Isolde : auteur-photographe Bill Viola – Concepteur-rédacteur : John Doe

Quand on est rédacteur et que l’on travaille dans le monde de la communication, on entend souvent ce triste refrain : « Ah, vous savez les textes, personne ne les lit ! » Et quand on voit la place prédominante accordée à l’image dans de nombreux supports de publicité, on pourrait finir par croire que ces esprits chagrins ont raison… Une fois pour toute, ne nous fions pas aux apparences. La suprématie de l’image est un leurre. Et dans une campagne réussie, n’en déplaise à certains, les mots comptent souvent doubles ou triples. Comme au Scrabble. Et font au moins toujours jeu égal avec la partie visuelle. La nouvelle campagne de promotion des spectacles de l’Opéra de Paris nous en offre la plus parfaite illustration.

Lire la suite

Pour ou contre l’open space ? Un rédacteur se met à table…

L’open space, tel qu’en lui-même, un espace épuré à l’extrême…

« Un peu moins d’open spaces et beaucoup plus d’espace vital ! »…
Le cocktail le plus énergisant pour les entreprises dans les années qui viennent ?

Régulièrement, la presse se penche sur le sujet ô combien sensible des « open spaces », ces espaces ouverts dans lesquels cohabitent très souvent les salariés au sein de leur entreprise. Selon les chiffres avancés par Stratégies dans un article intitulé « Et si on faisait bureau à part ? », 80 % d’entre eux travaille dans ce type de configuration. Avec plus ou moins de bonheur semble-t-il. Rédacteur free-lance, je suis évidemment plutôt « espace fermé » : entendez par là que ma vie professionnelle se déroule généralement dans le périmètre confiné de mon appartement. Espace ouvert, espace fermé… Spontanément, la première appellation tend à évoquer la liberté, l’échange, la convivialité. Quant à la deuxième (pauvres rédactrices et rédacteurs !), elle semble nous conduire directement vers les rives sombres du repli sur soi, de la solitude et de la désocialisation. Heureusement, il faut toujours se méfier des apparences, rien n’étant jamais tout blanc ou tout noir. Et l’open space, même s’il bénéficie d’une dénomination très flatteuse, ne donne pas entière satisfaction à ses usagers. Loin s’en faut. Afin de partager quelques réflexions sur ce sujet ô combien d’actualité, j’ai décidé de m’interviewer. À l’heure où l’humanité s’adonne aux selfies avec frénésie, subissant sans broncher la dictature de l’image, je me suis dit qu’il était temps de porter l’auto-interview en tête d’affiche du concert communicationnel universel. Et peut-être ferai-je des émules ?

Que révèle l’expérience évoquée par Stratégies et effectuée par Stephan Turban et Ethan Bernstein, tous deux professeurs à la Harvard Bussiness School ? Lire la suite

Au Clos des Cimaises, s’ouvrir à l’art en pleine nature.

Clos des cimaises_marc_petit_scritto_communication_ecrite_

Mathilde et Jacques Harbelot avec Marc Petit

Si vous pensez encore que l’art ne vient à la rencontre des collectionneurs et des amateurs qu’au cœur des capitales, il va falloir réviser votre jugement. Depuis quelques années, les galeries fleurissent partout en province et souvent dans les endroits les plus improbables. C’est le cas du Clos des Cimaises, un lieu à découvrir sans tarder, situé en pleine campagne, à quelques encablures de La Rochelle, Niort et Surgères. Les propriétaires, Mathilde et Jacques Harbelot, lui-même peintre-graveur, passionnés d’art depuis toujours, ont eu un coup de foudre pour cette grande bâtisse et cette si belle région. Ils ont souhaité y vivre pleinement leur passion pour les artistes qu’ils exposent. À noter que jusqu’au 30 septembre, la galerie accueille les œuvres majeures de la nouvelle période de Marc Petit, un sculpteur très en vue qui possède déjà un musée à son nom à Ajaccio. Lire la suite

Pour le livre, l’été sera chaud et c’est tant mieux !

Scritto ! Rédaction SEO AngersTous les signes extérieurs en attestent : les vacances sont bel et bien là. Il y a du soleil (parfois), il fait chaud (trop ?), les villes se vident de leurs habitants tandis que les touristes s’y engouffrent. Que l’on parte ou que l’on reste, le livre s’impose depuis longtemps comme le compagnon idéal d’une période si particulière durant laquelle, on a tous un peu envie d’arrêter le temps… Résultat : les Français le plébiscitent à 80 % pour remplir leurs valises estivales.
Mais à l’heure d’Internet et des réseaux sociaux aux contenus rédactionnels relégués au rôle de figurants face à l’omniprésence des images ?… À l’heure des tenants de la communication qui achètent des textes au kilomètre pour séduire Google et avilir dans le même temps de pauvres rédacteurs piégés par la modernité ?… À l’heure des incontournables smartphones, tablettes et autres liseuses, je vous pose la question : l’avenir du livre est-il aussi rayonnant que les soleils de juillet ? Lire la suite

Le Musée numérique de la Sacem : une création virtuelle réellement passionnante.

Plus de 3000 documents le plus souvent inédits, des expositions virtuelles propres à passionner toutes les sensibilités musicales du rock au classique en passant par le jazz et la pop-variété, des archives qui racontent la petite et la grande histoire de la musique diffusée dans l’Hexagone, des entretiens captivants avec les plus grands créateurs, des podcasts… La Sacem, vénérable institution, vient vers nous les bras chargés de cadeaux musicaux à savourer dans un espace virtuel, gratuit et ouvert 24 h/24 7j/7. Bienvenue dans l’ère numérique pour tout connaître des plus beaux airs. Lire la suite

Tristan et Isolde, la danse, et moi, et moi, et moi…

GTG/Grégory Batardon

Ce jour-là (c’était un mardi), j’avais eu une journée ha-ra-ssante. Bon, j’exagère un peu en espérant que vous allez me plaindre mais j’étais quand même très fatigué. Je m’étais levé à l’aube (pour moi 6 heures) afin d’assurer un rendez-vous professionnel important et de retour chez moi, j’avais vaqué à mes occupations diverses et variées (enfin variées, ça dépend des jours…). Cerise sur le gâteau de la journée marathon d’un rédacteur soucieux de se cultiver, je devais me rendre à un spectacle de danse contemporaine. Tristan et Isolde plus exactement, sur une musique de Richard Wagner dansé par le Grand Théâtre de Genève. Le tout chorégraphié par Joëlle Bouvier dont je n’avais jamais entendu parler (honte à moi). J’habite à 20 minutes du théâtre et j’ai pour principe de limiter mes déplacements en voiture. Je me rendrai donc à cette représentation à bicyclette. Lire la suite

Nouvel habillage visuel : un bon point pour France Télévisions.

La télévision de service public navigue souvent en eaux agitées. Et quand elle opte pour un nouvel habillage visuel de ses chaînes (la dernière refonte datait de 2002), difficile de faire l’unanimité. Ce qui semble être le cas avec ces logos minimalistes, enfants légitimes du « less is more »* cher au poète Robert Browning et au célèbre architecte Ludwig Mies van der Rohe, qui s’invitent désormais en haut à droite de nos écrans. Récompensée par le grand prix Stratégies du design 2018, cette nouvelle charte graphique doit accompagner France Télévisons dans sa transformation digitale. Grâce à ce choix courageux inspiré par l’agence Movement et le cabinet de conseil Joosnabhan, il semblerait que le groupe audiovisuel ait marqué un bon point. Lire la suite

Quand L’UICN l’accoste, la marque au crocodile montre patte blanche.

Par l’entremise de l’agence BETC, Lacoste vient de réussir un judicieux coup de pub qui mérite d’être salué. En substituant exceptionnellement, sur ses polos, les représentants de dix espèces menacées à son célèbre crocodile, la marque offre une formidable tribune à l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature et à  la préservation de la diversité en général. Tout en soignant sa réputation auprès de tous les consommateurs soucieux de l’environnement. Décidément, dans ce type de partenariat, tous les clignotants sont au vert et c’est tant mieux.

Lire la suite

Avec Bricks, Pasi se bâtit une belle réputation…

Il était une fois Charles Pasi, un beau jeune homme franco-italien, chanteur-harmoniste-guitariste, doué d’un bien beau talent aux confins du jazz, du blues, du rock et de la pop. Cet artiste a sorti assez récemment un bien bel album sous la bannière de Blue Note, le prestigieux label. Ce qui ne suscite chez moi que des propos bienveillants. Bref, une bien belle histoire… vous en conviendrez.

Il y a peu de temps, j’ai découvert un nouvel auteur-compositeur-interprète comme on aime à le dire dans un certain milieu musical. Il s’appelle Charles Pasi. Français par son père, Italien par sa mère et osons le dire plutôt joli garçon. Lire la suite